Nouvelles constructions

Géométrie spatiale délibérée

Une maison familiale au charme estival qui prend place dans l'un des grands domaines patrimoniaux du canton. Un programme en béton, qui fait autant appel à des références historiques qu'à des réalités topographiques.

C'est là un projet ancré sur une parcelle de près de 12'000 m2 et qui, d'un point de vue historique, vient trouver sa place sur l'un de ces fameux grands domaines genevois qui parsèment la réalité géographique du canton. Un domaine comparable à celui de La Gara, merveilleusement relaté dans l'ouvrage Les Jardins de La Gara paru, en 2018, aux éditions Scheidegger & Spiess.
Le terrain qui nous occupe couvre environ 4'000 m2. Encadré au loin par des maisons de maîtres et quelques dépendances à usage rural, la villa prend place dans un parc ouvert, dont les limites parcellaires sont quasiment invisibles à l'œil nu.
Afin de rentrer dans la logique du domaine (et d'en préserver au mieux les intérêts), l'implantation s'est faite en bordure de celui-ci, selon les usages habituels. Afin de ne pas s'éparpiller sur la parcelle, l'allée d'arbres centenaires a été préservée, les poches de verdure respectées. Le respect de l'empreinte arboricole de l'ensemble revêtait une importance notable dans le dispositif à imaginer. Un golf se situe non loin, terrain de greens et de bunkers dont la topographie préserve à long terme la vue sur le Léman.

 Le verdure comme horizon

Le programme consiste en une villa familiale pour un couple avec enfant. Un seul enfant. On y trouve une grande zone de jour, deux chambres avec salles de bain, une suite parentale... Le bâtiment est monolithique, tout de béton apparent, avec une isolation par l'intérieur. Un béton porteur pour une expression minérale qui fait écho à la parcelle.
Avec ses décrochements, si l'on regarde sa façade sud-est, l'ensemble fait penser à une figure pixelisée extirpée du jeu vidéo Space Invaders. Les différents éléments ont été aménagés avec une évidente esthétique plastique, à la manière des briques d'une célèbre société de jeux danoise. Ils servent ici de balcon, là de protection contre les intempéries pour la terrasse et l'entrée. Même si l'approche constructive est résolument contemporaine dans sa définition, elle est volontairement traitée avec discrétion et une certaine humilité, ceci afin que la maison de maître au loin reste prédominante, que ce soit en termes d'importance, d'histoire ou de localisation.

La minéralité du béton

Le pourtour de la villa est recouvert d'une terrasse minéralisée. On retrouve le même encadrement autour de la piscine qui vient se nicher dans le coin le plus ensoleillé de la propriété. Les deux zones sont reliées par une succession de dalles qui, visuellement, agissent comme une série de tra
Relativement simple dans sa réalité constructive, voilà une villa qui respire les vacances et que d'aucuns – s'en tenant à ses allures de finca ibiçenca – pourraient volontiers transporté dans les îles Pityuses.